Quand on ne dispose plus de la vue, nous sommes limités dans la gestion de notre quotidien. Mais, si la société met en œuvre des aides pour pallier aux déficiences physiques, rien ou très peu d’actions sont mises en place pour permettre  ces personnes de continuer leurs loisirs, dont un, des plus simples est la lecture.

 

Je me propose d’organiser des après-midi de lecture dans les CCAS. Ces instants d’écoute ont pour visée d’ouvrir le dialogue, et, pendant quelques heures, plonger ses participants dans l’évasion de la lecture…

 

Ces actions seront gratuites pour les établissements.